Tolstoï et Gandhi

Fiche de lecture Danielle – avril 2010

TOLSTOÏ ET GANDHI (cote 314TOL)

Avec des textes originaux de Tolstoï et Gandhi, rassemblés, traduits et présentés par Marc Semenoff paru aux Éditions Denoël en 1958

Semenoff dans son introduction affirme que « Tolstoï et Gandhi parlaient la même langue du cœur et de l’esprit » en faveur de la résistance non-violente.

Le livre s’ouvre sur un échange de correspondance entre Tolstoï et Gandhi, âgés alors respectivement de 81 et 40 ans, qui incite à la réflexion sur la théorie et la pratique de la non-violence.

Le royaume des cieux est en vous (p.65 à 127):

C’est avec réticence que j’ai ouvert ce chapitre, étant donné mes convictions profondément laïques, mais j’ai été incitée à poursuivre dès les premières lignes, Tolstoï faisant très vite la distinction entre les Églises et le principe fondamental de la résistance non-violente au mal.  Pour Tolstoï comme pour Gandhi, les Églises et les gouvernements s’emploient à se soutenir mutuellement en distillant de fausses doctrines affirmant le devoir d’obéissance. Tous deux s’accordent sur le devoir de ne pas coopérer à un pouvoir, qu’il soit religieux ou civil, lorsque la morale est violée. La tyrannie du fort sur le faible, en s’appuyant éventuellement sur les armes, va à l’encontre de la morale prêchée de l’amour pour l’humanité, que ce soit dans le domaine économique, dans la vie de l’État ou dans les rapports internationaux. Contre la guerre, Tolstoï affirme même : « On pense généralement que les gouvernements rendent leurs armées plus fortes afin de protéger leur État contre une attaque des autres. On oublie que les soldats sont tout d’abord nécessaires aux gouvernements pour se défendre contre leurs sujets qu’ils oppriment et réduisent à une véritable servitude ». Sans parler des impôts qui « engloutissent la majeure partie des produits du travail dont l’armée doit assurer la sécurité », (par exemple, le Terrible, sous-marin nucléaire lanceur d’engins inauguré au printemps 2008 par Nicolas Sarkozy, coûte 2,4 milliards d’euros, sans compter les 16 missiles balistiques M-51 dont il est équipé).

Tolstoï évoque les réfractaires au service militaire. Profondément anti-étatiste il fait appel à la conscience de chacun : c’est à nous qu’il appartient d’établir « le royaume des cieux » ici-bas, au-dedans de nous, par le développement de notre conscience. Cela me rappelle une citation de Khalil Gibran (Le Prophète) : « Toutes les personnes rêvent de la liberté, mais elles sont amoureuses de leurs chaînes ».

Le travail (p.131 à 144) : texte envoyé à Tosltoï par un paysan nommé Bondaref et commentaire de Tolstoï, en faveur du travail manuel : « Les hommes travailleront et mangeront le pain qu’ils auront fabriqué ».

L’argent et le travail (p.147 à 160) : préface d’Emile Zola. L’argent est mauvais … Les villes attirent les paysans au détriment des campagnes : un thème d’actualité ! L’exploitation de l’homme par l’homme. Voir le film de Coline Serreau : Solutions locales pour un désordre global.

Histoire d’Ivan le petit sot (p. 165 à 215) : Une nouvelle de Tosltoï illustrant la révolution spirituelle basée sur la non-violence.

 

 

ADHESION, DON
L'ADHESION
Une démarche militante.

LE DON
Votre soutien citoyen

Bulletin d'adhésion 2018
ACCUEIL
Horaires d'accueil du public
mercredi 9h-12h et 15h-18h samedi 10h-13h

Nous vous invitons à consulter ci-dessous notre planning d'accueil du public.  width=
Tel : 05 61 78 66 80
Résidence Le Dauphiné
2 Allée du Limousin
31770 Colomiers

crnv.midi-pyrenees@wanadoo.fr

Suivez-nous !
Facebook Facebook
A VOIR
A VISIONNER


Conférence sur Martin Luther King de l’Université populaire du quai Branly (UPQB).
Rencontre avec Sylvie Laurent, historienne et américaniste, dans le cadre du cycle "Les grandes révoltes".

Publications
On passe à la radio