samedi 28 à Tarbes

Réveil matinal avec l’installation devant le bus d’un marchand de matelas assez peu content de voir son espace de vente limité… Voyons si nos ressources non-violentes ça aide à dépasser le conflit du petit matin tarbais ? À 6h30, c’est  le marchand de casquettes qui stationne à côté du bus et le bouquiniste derrière… Finalement, il a bien fallu réveiller Didier pour déplacer le bus pendant que Frédérique négocie avec la police municipale le stationnement devant la Fontaine de la Halle Marcadieu et nous nous retrouvo
ns à côté de la fleuriste sans plus gêner personne ! Incident clos. Un petit déjeuner en terrasse avec de belles tartines est fort apprécié !

Les badauds du marché, les visiteurs de TerroArt commencent à arriver et nous installons le bus avec les membres du groupe local. Belle efficacité et collaboration : les grilles du FJT, les tables de SOLEIL, les parasols de Nelly…. Il fait chaud, les curieux viennent voir, on discute et certains tarbais découvrent la thématique de la non-violence. Difficile pour Ann de filmer, le bruit de la fontaine couvrant les propos des personnes.

Décoration des lettres, jeux de société coopératifs… et aussi préparation du « passe livre ». Il s’agit d’aller « libérer » des livres un peu partout dans la ville avec un petit mot pour inviter la personne qui le trouve à le prendre, le lire puis le laisser ailleurs afin qu’il continue à  vivre. Un blog est mis en place pour échanger sur ces lectures inattendues… à suivre donc !

A midi, trois jeunes volontaires européens, Anouar venant des Canaries, Zita de Lettonie, Maria d’Espagne nous rejoignent pour le déjeuner préparé par Nicolas. Ils animent un twister européen et permettent de comprendre le sens du Service volontaire européen. Dommage qu’Elsa ne puisse être avec nous pour témoigner de son expérience de service civique.

Puis déplacement du bus et des accessoires (tables, chaises, malles de jeux, panneaux d’expo…) pour aller se mettre en meilleure visibilité le long de la Halle. Les clowns de Marie Jo (les Nez bulleuses) viennent stimuler les participants du crayon coopératif, le parachute vole de toutes ses couleurs, le film tourne et ça discute de partout sur la place… Nelly et Elizabeth rejoignent le local d’Horacio où se prépare le temps de conférence-débat sur le thème « éducation et non-violence ».


A 18 heures, les trois musiciens du groupe « À corps perdu » font leur balance aidés par Didier. Ils présentent leurs compositions java-swing devant un public mélangé et enchanté. Accordéon, contrebasse et guitare accompagnent les chansons où l’humour côtoie l’engagement :  « pas de confiture pour les cochons » sur l’affaire DSK et aussi  » la constituchion » contre l’avis du peuple sur le référendum européen.  Ça danse sur la place, ça tape dans les mains, Chantal nous fait une démonstration de ses talents d’improvisatrice… Voilà la pluie qui arrive… les musiciens sont à l’abri sous la bâche du bus et le barnum, d’un coup, grâce à l’ingéniosité et à la réactivité de nos hôtesses locales, est déplacé pour protéger le public… Quelle ambiance sur la place !

Il fait nuit maintenant, le bus est plié et Didier rencontre quelques difficultés à sortir de l’emplacement avant de nous conduire à bon port à Soues où la foire bio battra son plein demain.
Retrouvailles chez Horacio avec les membres de l’équipe locale, les musiciens et les clowns pour déguster les empanadas et savourer la reprise par les musiciens de quelques unes de leurs chansons. Quelle soirée !

ADHESION, DON
L'ADHESION
Une démarche militante.

LE DON
Votre soutien citoyen

Bulletin d'adhésion 2019
ACCUEIL
Horaires d'accueil du public
mercredi 9h-12h et 15h-18h samedi 10h-13h

Nous vous invitons à consulter ci-dessous notre planning d'accueil du public.  width=
Tel : 05 61 78 66 80
Résidence Le Dauphiné
2 Allée du Limousin
31770 Colomiers

crnv.midi-pyrenees@wanadoo.fr

SUIVEZ-NOUS !
Facebook Facebook
VIDEO

Gandhi, un simple être humain, un avocat, avec ses défauts qui a fait un parcours vers la non-violence. Il a pu employer des propos qui peuvent nous paraître polémiques, racistes. Mais il a su être un guide aussi, contre ces défauts-là.

CONFERENCES


Conférence de Catherine Clément sur Gandhi donnée le 12 mai 2011 dans le cadre de l'Université populaire du quai Branly (UPQB).

A LA RADIO