Portrait de Jean Van LIERDE

OBJECTEUR

 

DVD : Film documentaire de témoignage 1998 1h

 

Jean Van Lierde, le courage de la non-violence

Vendredi 15 décembre 2006 s’éteignait en Belgique Jean Van Lierde, à l’âge de 80 ans. Pour beaucoup de personnes ce nom reste aujourd’hui inconnu. Et pourtant c’est l’une des grandes figures de la non-violence au XXe siècle qui disparaît.

C’est durant la Seconde Guerre Mondiale que, ouvrier de 15 ans dans une usine d’accumulateurs, ce garçon de famille modeste distribue la presse clandestine et des tracts, soutient les réfractaires au travail obligatoire et fabrique des faux papiers au sein du mouvement de résistance belge MNB. C’est le premier des nombreux engagements que lui dictera son honnêteté intransigeante au cours de sa vie, souvent à contre-courant des conformismes de son époque : en 1945 il est « scandalisé, dès la libération, par la violence des vainqueurs ». Il refuse alors ouvertement de prendre les armes pour tirer sur les prisonniers ou les maltraiter : « on ne va pas faire comme eux ont fait », martèle-t-il alors, empêchant un jour ses camarades résistants de « zigouiller quatre officiers allemands » .

Durant les années d’après-guerre, il devient dirigeant de la Jeunesse Ouvrière Chrétienne (JOC) belge, et refuse lors d’une cérémonie nationale de saluer le drapeau, par opposition aux positions par trop nationalistes du mouvement : « ce fut un scandale inimaginable ! mais je pense qu’il était indispensable. ».

En 1949 vient le moment de la conscription : Jean refuse de se rendre à la caserne et devient l’un des premiers objecteurs de conscience belges au service militaire.

Il se bat pour le statut officiel de l’objection de conscience en Belgique qui est obtenue en 1964.

Quand la guerre d’Algérie éclate, Jean Van Lierde lance des appels à la désertion.

Au sein du Comité Belge pour la Paix en Algérie, il organise l’accueil des objecteurs et déserteurs français en Belgique, ainsi que l’accueil des Algériens menacés, en lien avec le réseau Jeanson en France.

Plus « proche » politiquement de la Belgique advient en 1960 la lutte pour l’indépendance du Congo. Dès la fin des années 1950, Van Lierde et d’autres anticolonialistes fondent à Bruxelles le Centre International et les Amis de Présence Africaine de Belgique qui accueillent tous les intellectuels et dissidents africains de l’époque, d’Edouard Glissant à Patrice Lumumba, afin de diffuser une réelle contre-information sur les questions coloniales. En 1962, au terme de deux ans de lutte, l’indépendance du Congo est proclamée et pas un des 100 000 européens présents dans le pays n’a été tué.

Il est difficile d’évoquer l’ensemble des engagements qui mènent Jean Van Lierde à venir, en pleine Guerre Froide, prêcher à Moscou l’objection de conscience, qui n’est alors pas précisément en odeur de sainteté, ou à être actif au sein de l’Internationale des Résistants à la Guerre (WRI). On rappellera seulement que l’engagement de ce père de famille s’enracine pour lui dans une culture chrétienne revendiquée, au sein des scouts puis de la JOC pendant sa jeunesse, puis avec le groupe Esprit de Bruxelles, s’inspirant du personnalisme de Mounier, et jusqu’à sa mort avec la branche belge du MIR, Mouvement International de la Réconciliation. Il n’en reste pas moins en dialogue critique avec le communisme, et plus encore en résonance profonde avec l’anarchisme, se définissant comme « un socialiste libertaire, un chrétien libertaire », « chrétien parmi les anarchistes », marqué notamment par sa relation avec Hem Day, figure marquante de l’anarchisme du XXe siècle.

Un éternel « minoritaire » par choix qui au final a voué son existence à « chercher la vérité, quoi qu’il en coûte » aux Carrefours de la paix avec pour seule arme le courage de la non-violence.

Guillaume GAMBLIN

 

ADHESION, DON
L'ADHESION
Une démarche militante.

LE DON
Votre soutien citoyen

Bulletin d'adhésion 2019
ACCUEIL
Horaires d'accueil du public
mercredi 9h-12h et 15h-18h samedi 10h-13h

Nous vous invitons à consulter ci-dessous notre planning d'accueil du public.  width=
Tel : 05 61 78 66 80
Résidence Le Dauphiné
2 Allée du Limousin
31770 Colomiers

crnv.midi-pyrenees@wanadoo.fr

SUIVEZ-NOUS !
Facebook Facebook
EN MUSIQUE

Alors, on chante, nouveau clip de HK

CONFERENCES


Conférence de Catherine Clément sur Gandhi donnée le 12 mai 2011 dans le cadre de l'Université populaire du quai Branly (UPQB).

A LA RADIO