Penser avec Albert Camus

Dans  cet ouvrage, Jean-Marie Muller étudie la pensée d’Albert Camus concernant  la question du meurtre qui se trouve  au cœur de son œuvre et la structure. Tout au long de sa vie, Albert Camus s’est révolté contre l’apparente fatalité du meurtre. Au nom de la dignité de l’homme. Il a plaidé qu’il n’y avait de fatalité que celle à laquelle les hommes consentaient. Par manque de courage. Le plus souvent par lâcheté.

L’auteur examine particulièrement ce qu’il appelle « le rapport contrarié d’Albert Camus avec la non-violence ». Dans L’homme révolté, Camus se réfère à la notion de « non-violence absolue » et il ne peut alors que la récuser. En réalité, Gandhi n’a jamais plaidé pour une « non-violence absolue ». Cependant, par certaines de ses intuitions – tout particulièrement le refus de tous les processus de légitimation du meurtre –, l’auteur de  L’homme révolté rejoint en profondeur les affirmations essentielles de la  philosophie de la non-violence.

Bon de commande (pdf) chez www.chroniquesociale.com

ADHESION, DON
L'ADHESION
Une démarche militante.

LE DON
Votre soutien citoyen

Bulletin d'adhésion 2019
ACCUEIL
Horaires d'accueil du public
mercredi 9h-12h et 15h-18h samedi 10h-13h

Nous vous invitons à consulter ci-dessous notre planning d'accueil du public.  width=
Tel : 05 61 78 66 80
Résidence Le Dauphiné
2 Allée du Limousin
31770 Colomiers

crnv.midi-pyrenees@wanadoo.fr

SUIVEZ-NOUS !
Facebook Facebook
VIDEO

Gandhi, un simple être humain, un avocat, avec ses défauts qui a fait un parcours vers la non-violence. Il a pu employer des propos qui peuvent nous paraître polémiques, racistes. Mais il a su être un guide aussi, contre ces défauts-là.

CONFERENCES


Conférence de Catherine Clément sur Gandhi donnée le 12 mai 2011 dans le cadre de l'Université populaire du quai Branly (UPQB).

A LA RADIO