Intervention à Verfeuil le 29 mai 2012

Mardi 29 mai au soir, salle plurivalente de l’école élémentaire de la Comtesse de Ségur, la Fédération des conseils de parents d’élèves (FCPE) des écoles de Verfeil organisait une conférence-débat sur le thème de la « sensibilisation au bien-vivre ensemble à l’école ». Une trentaine d’enseignants, éducateurs et parents s’étaient rassemblés pour l’occasion.

La réunion, qui se tenait sous l’égide du Centre de ressources sur la non-violence de Midi-Pyrénées, était animée par Elisabeth Clerc, membre du Centre. Son objectif était de faire le point sur la violence à l’école, et dans les centres de loisirs, pour imaginer des méthodes pédagogiques adaptées à la gestion des conflits. La technique d’Elisabeth Clerc est bien rodée : « Il faut faire avancer chacun dans sa réflexion et apporter une réponse collective. Pour cela, nous avons choisi une approche coopérative ».

«80% des jeux vidéos sont violents»

Lors de sa présentation, Elisabeth Clerc a mis l’accent sur les origines d’une violence de plus en plus banalisée. Selon elle, le traitement par les médias de certains faits d’actualité induit cette banalisation : « Il y a un nécessaire travail d’accompagnement. Il faut décoder les images afin que l’enfant arrive à discerner ce qu’il voit ». Elisabeth Clerc a aussi fustigé les loisirs numériques : « 80 % des jeux vidéos sont violents. Quand le but est d’éliminer l’autre, il y a un problème ! »

Passé le préambule, trois groupes se sont constitués afin de plancher sur trois axes de travail qu’Elisabeth Clerc a détaillés : « Le premier point consiste à savoir distinguer sa propre part de violence. Car il faut savoir reconnaître qu’on peut aussi devenir agresseur. Le second point part du principe que toutes les règles doivent être assorties de sanctions.

La communication, clé de voute

Enfin, le troisième point repose sur le travail qui doit être réalisé avec les enfants: l’apprentissage de la communication.

Il en ressort que la communication est une des clefs de voûte de la gestion des conflits chez les plus jeunes : « L’agressivité est une capacité à aller vers l’autre. Elle est nécessaire. Mais, il y a des limites à ne pas dépasser. En fait, il ne faut pas enfreindre la bulle de l’autre sans lui demander sa permission », a conclu Elisabeth Clerc.

La Dépêche Publié le 31/05/2012 10:20 | Emmanuel Vaksmann

 

ADHESION, DON
L'ADHESION
Une démarche militante.

LE DON
Votre soutien citoyen

Bulletin d'adhésion 2020
ACCUEIL
Horaires d'accueil du public
mercredi 9h-12h et 15h-18h samedi 10h-13h

Nous vous invitons à consulter ci-dessous notre planning d'accueil du public.  width=
Tel : 05 61 78 66 80
Résidence Le Dauphiné (rez-de-chaussée)
2 Allée du Limousin
31770 Colomiers

crnv.midi-pyrenees@wanadoo.fr

SUIVEZ-NOUS !
Facebook Facebook
VIDEO

Gandhi, un simple être humain, un avocat, avec ses défauts qui a fait un parcours vers la non-violence. Il a pu employer des propos qui peuvent nous paraître polémiques, racistes. Mais il a su être un guide aussi, contre ces défauts-là.

CONFERENCES


Conférence de Catherine Clément sur Gandhi donnée le 12 mai 2011 dans le cadre de l'Université populaire du quai Branly (UPQB).

A LA RADIO