Ecrits Politiques – Léon Tolstoï

« ECRITS POLITIQUES » Léon Tolstoï (1828-1910)

Il est reconnu comme un des plus grands écrivains de la littérature mondiale. Artiste, auteur de romans, penseur religieux qui a joué un rôle crucial dans le mouvement contestataire, en Russie, « le plus grand apôtre de la non-violence » de son époque.

 

Il avait toutes les raisons d’être heureux…il vit une grande crise spirituelle, il a pensé au suicide…Il est aussi horrifié de voir la misère urbaine du peuple ouvrier.

Il découvre chez les paysans un sens à la vie. Chaque personne doit subvenir elle-même à ses besoins et participer à la lutte pour l’existence, seul le travail à la campagne peut lui permettre de remplir pleinement cette obligation. Le travail physique, n’est pas une malédiction…mais « l’essence de la joie. »

 

La plupart de ses écrits anarcho-pacifistes n’ont pas été publiés en français depuis un siècle. Nos découvrons le Tolstoï libertaire, hérétique, censuré par l’Etat, excommunié par l’Eglise, qui rêvait d’un monde sans violence où l’amour, la paix et la fraternité universelle triompheraient.

 

Il rédigea une critique de la théologie dogmatique, puis une nouvelle traduction des Evangiles.

Il rejette les Eglises officielles et considère que la vraie foi ne peut exister que dans les sectes et les hérésies où il n’y a pas de pouvoir hiérarchique. Il croit en Dieu, mais pour lui le Christ ne serait qu’un homme comme les autres…

Pour lui, « le christianisme dans son sens véritable détruit les états », car le fondement du pouvoir est toujours la violence, donc tout gouvernement n’est qu’une « organisation criminelle ».

Si on croit en la vérité de l’enseignement du Christ, on doit tendre vers une fraternité universelle qui abolit toute distinction entre les peuples.

 

Le patriotisme est une survivance des temps barbares, qui est la cause de toutes les guerres, car il n’unit pas mais désunit.

Les lois sont toujours une violence organisée…cause de l’esclavage.

 

Il invite à refuser toute participation aux gouvernements, à l’armée, de payer l’impôt…

Pour faire progresser l’humanité, il faut devenir soi-même meilleur, tendre vers une vie juste et vertueuse. L’amour serait « unique moyen de sauver les hommes de tous les malheurs qu’ils subissent ».

Il niait l’Etat, qui selon lui, n’était qu’une institution servant à protéger les privilèges

des riches et dont les instruments militaires, politiques et judiciaires maintenaient le peuple dans l’esclavage.

 

La notion centrale de sa pensée est le principe de non résistance au mal par la violence. S’appuyant sur Matthieu 5 « je vous dis de ne pas résister au méchant. »

 

Après la parution, en 1886 de son livre «  Que devons-nous faire ? » il y a eu plusieurs tentatives pour mettre en pratique les principes énoncés par Tolstoï : des jeunes gens issus des classes supérieures renonçaient à leurs privilèges pour fondes des communes, où il n’y avait ni autorité ni propriété privée, où chacun devait travailler la terre pour subvenir à ses besoins. Mais de telles colonies étaient minées de l’intérieur par de sérieux problèmes d’organisation et n’ont jamais duré très longtemps. Malgré cet échec,il conservait un prestige immense aux yeux de ses contemporains, vénéré par les intellectuels= les autorités le craignaient comme la peste. Le gouvernement réagissait en arrêtant ou déportant ses disciples, mais n’osait le toucher en personne. L’action la plus sérieuse entreprise contre lui a été son excommunication de l’Eglise Orthodoxe en 1901.

 

Mondialiste avant la lettre, il voit l’abolition des Etats-nations, l’unification des peuples non pour des intérêts économiques (d’une infime minorité), mais au nom de la paix et de l’amour, au nom du bien être de tous les habitants de la terre.

Toutes les tentatives d’éliminer les gouvernements par la violence ont eu pour résultat que les nouveaux gouvernements, étaient souvent plus cruels que ceux qui les ont précédés.

Le seul moyen d’éliminer le gouvernement n’est pas la violence, mais de dénoncer la supercherie. : …les peuples n’ont pas besoin de se défendre les uns contre les autres, les hostilités sont provoquées par les gouvernements, les armées sont utiles à un petit nombre de gens, et sont nocives pour les peuples…

 

Appel à réduire ses besoins, se détacher de plus en plus de ses biens qui suscitent l’envie.

 

Le Christ a enseigné aux hommes qu’ils sont tous des fils de Dieu ; c’est pourquoi un chrétien ne peut pas soumettre sa conscience au pouvoir d’un autre homme, quel que soit son titre…

 

Si les hommes sont des êtres raisonnables, leurs rapports devraient être fondés non sur la violence mais sur la raison.

 

Toutes les religions, les écrits des sages ont affirmé qu’il existe en chaque homme un principe spirituel qui donne la vie à tout ce qui existe, qui pousse à l’union avec les semblables par l’amour. Mais les hommes au pouvoir, pour garder leurs avantages, ont dénaturé cette loi. Ainsi ils justifiaient la violence au nom de la religion. Maintenant, c’est au nom de la science qu’ils la justifient.

 

ADHESION, DON
L'ADHESION
Une démarche militante.

LE DON
Votre soutien citoyen

Bulletin d'adhésion 2018
ACCUEIL
Horaires d'accueil du public
mercredi 9h-12h et 15h-18h samedi 10h-13h

Nous vous invitons à consulter ci-dessous notre planning d'accueil du public.  width=
Tel : 05 61 78 66 80
Résidence Le Dauphiné
2 Allée du Limousin
31770 Colomiers

crnv.midi-pyrenees@wanadoo.fr

Suivez-nous !
Facebook Facebook
A VOIR
A VISIONNER


Conférence sur Martin Luther King de l’Université populaire du quai Branly (UPQB).
Rencontre avec Sylvie Laurent, historienne et américaniste, dans le cadre du cycle "Les grandes révoltes".

Publications
On passe à la radio